s'authentifier
version française rss feed
Fiche détaillée Thèses
Université du Québec à Montréal (30/04/2010), Serge Proulx (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
These-Latzko-Toth.pdf(2.3 MB)
La co-construction d'un dispositif sociotechnique de communication: le cas de l'Internet Relay Chat
Guillaume Latzko-Toth1

Cette thèse porte sur la dynamique sociotechnique à l'œuvre dans le développement d'un dispositif de chat via Internet : l'Internet Relay Chat (IRC). Elle montre qu'il est constamment co-construit par un ensemble d'actants humains et non humains organisés en réseaux sociotechniques appelés « réseaux IRC », parmi lesquels on ne peut distinguer de façon nette les usagers et les concepteurs du dispositif. La thèse s'attache à comprendre les modalités et les mobiles de cette co-construction. Située à l'intersection de deux champs d'étude : la sociologie de l'innovation – dans la perspective des Science & Technology Studies (STS) – et les études sur la communication médiatisée par ordinateur (CMO), notre problématique s'inscrit dans le sillage d'apports théoriques récents qui font valoir que le rôle des usagers dans la construction des dispositifs avait été sous-estimé, en particulier dans le cas des artefacts numériques, qui semblent offrir une plus grande « plasticité » à l'usage. Alors que l'idée d'un usager non seulement acteur, mais aussi contributeur des dispositifs techniques est de plus en plus fréquemment mise de l'avant aujourd'hui, nous constatons que la nature de cette contribution est souvent limitée au contenu. Le cas de l'IRC est intéressant en ce qu'il donne à voir la contribution des usagers à la structure même du dispositif. La recherche s'appuie sur un cadre conceptuel issu de trois approches théoriques en STS : la construction sociale des technologies, la théorie de l'acteur-réseau et le modèle « écologique » des mondes sociaux. Ces trois approches sont mises à contribution pour fournir les éléments d'une théorie de la co-construction qui, par rapport aux modèles classiques de l'innovation, redistribue la capacité d'agir entre les acteurs du développement d'un dispositif sociotechnique. Ainsi, les rôles de concepteur et d'usager s'avèrent être eux-mêmes co-construits dans le processus. Les concepts de communauté de pratique et d'arène d'habileté technique sont mobilisés pour expliquer les ressorts sociaux de l'engagement des acteurs dans cette co-construction. Au plan méthodologique, la recherche est une étude de cas portant plus spécifiquement sur la genèse et le développement de deux des principaux réseaux IRC : EFnet et Undernet. L'objet d'étude spécifique est constitué d'une série de controverses survenues entre 1990 et 2001 et ayant abouti à des sauts qualitatifs dans l'évolution de ces réseaux. Les méthodes mobilisées sont principalement l'analyse de discours et l'ethnographie en ligne, combinées aux techniques d'enquête sur les controverses sociotechniques propres aux STS. Concrètement, le protocole d'enquête a consisté en trois points : a) observation en ligne; b) étude de contenu et analyse de discours portant sur un corpus de documentation disponible sur le Web ainsi que sur les archives de quatre listes de discussion et de deux forums Usenet; et c) entretiens en ligne synchrones et asynchrones avec une douzaine d'acteurs clé du développement de l'IRC. Tandis que l'identification de moments critiques dans le développement du dispositif a permis de repérer des controverses et événements structurants, c'est leur analyse qui a fait ressortir la notion de service comme clé pour comprendre les modalités de co-construction du dispositif. Entendu initialement dans son sens courant (lié à la notion d'usager au sens de client), le service s'est peu à peu « traduit » sous la forme de programmes de plus en plus élaborés jusqu'à constituer des boîtes (presque) noires : les « robots » (bots) officiels ou services IRC. Sur EFnet, ce processus a été longtemps inhibé voire réprimé. Mais les usagers ont développé leurs propres réponses aux lacunes que comportait le protocole technique originel, notamment en créant leurs propres bots pour protéger leurs canaux. Par contraste, les promoteurs d'Undernet ont voulu se démarquer d'EFnet en plaçant le service aux usagers et l'implication de l'usager dans le dispositif au coeur de leur projet. Sur Undernet, le channel service est un concept hybride : c'est un service au sens organisationnel, et un service au sens technique de bot. Le flou définitionnel entourant la notion de service dans le discours des acteurs de l'IRC révèle son statut d'objet-frontière autour duquel s'articulent des « philosophies » du chat parfois divergentes au point de creuser des frontières techniques entre réseaux IRC et, par là même, entre communautés de pratique du chat.
1 :  LabCMO - Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur
innovation technique – communication médiatisée par ordinateur – dispositif de chat – co-construction – objet-frontière
http://www.archipel.uqam.ca/3403/

The co-construction of a sociotechnical communication device: the case of Internet Relay Chat
This thesis examines the underlying sociotechnical dynamics in the development of an online chat device via Internet –Internet Relay Chat (IRC). It argues that this device is constantly co-constructed by a set of human and non-human actants organized in sociotechnical networks called ‘IRC networks', and that there is no clear distinction between users and designers of the system. The research seeks to understand the modalities of, and the motives for this co-construction. The problematics stands at the intersection of two research fields: the sociology of innovation –in the context of science and technology studies (STS), and computer-mediated communication (CMC) studies. It draws on recent theoretical developments suggesting that the role of users in the construction of technical systems has been underrated, particularly in the case of digital artifacts, which seem to offer more ‘plasticity' in response to usage. While the notion of a user being not only an actor of, but also a contributor to technical devices is becoming widely accepted today, it is important to note that the nature of this contribution is generally limited to the contents. The case of IRC is interesting in that it shows how users can contribute to the design of the device itself. The research relies on a conceptual framework based on three theoretical approaches in STS: social construction of technology, actor-network theory and the “ecological” model of social worlds. These three approaches are combined to provide elements of a co-construction theory which, compared with classical innovation models, redistributes agency among the actors of the development of a sociotechnical device. Thus, even the roles of user and designer appear to be co-constructed in the process. The concepts of community of practice and “arena of technical skillfulness” are called upon in the analysis of the actors' social motives for their engagement in this co-construction. At the methodological level, the research is a case study focused on the genesis and the evolution of two major IRC networks: EFnet and Undernet. The specific object of study is a series of controversies that arose between 1990 and 2001 and which led to qualitative leaps in the evolution of these networks. The main methods mobilized are discourse analysis and online ethnography, combined with inquiry techniques used in STS for the study of sociotechnical controversies. Concretely, the inquiry protocol consisted of three components: a) online observation; b) content and discourse analysis of a corpus of documents available online and the archives of four mailing lists and two Usenet newsgroups; c) synchronous and asynchronous online interviews with twelve key actors of IRC development. Identifying “critical moments” in IRC development helped find controversies and structuring events. Their analysis led to isolate the notion of service as pivotal to understand the modalities of co-construction of the device. First understood in its usual sense (related to the notion of user as customer), services were gradually ‘translated' into increasingly elaborate programs, which almost became black boxes: official ‘robots' (or bots), also known as IRC services. On EFnet, this process has long been stifled by administrators. But users have developed their own strategies to fill the gaps of the original technical protocol, notably by creating their own bots in order to protect their channels. By contrast, promoters of the Undernet have ensured that their network would stand apart from EFnet by putting service to users and user involvement in the device at the core of their project. On the Undernet, the concept of channel service is a hybrid one: it is a service both in the organizational sense, and in the technical sense of ‘bot'. Such definitional ‘fuzziness' of the notion of service in IRC actors' discourse is an indication of its status as a boundary object around which different ‘philosophies' of online chat are articulated. These views sometimes diverge to the point of creating technical boundaries between IRC networks, and therefore, between different communities of chat practice.
technical innovation – computer-mediated communication – chat device – co-construction – boundary object

tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...