login
english version rss feed
Detailed view PhD thesis
Université Scientifique et Médicale de Grenoble (08/07/1987), Jacques Debelmas (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
These-Baudin-1987.pdf(65.5 MB)
Etude Géologique du Massif du Ruitor ( Alpes Franco-italiennes) : évolution structurale d'un socle briançonnais.
Thierry Baudin1

Cette étude structurale est fondée sur la cartographie au 1/10 000 du massif du Ruitor qui constitute le socle de la zone houillère briançonnaise (Alpes franco-Italiennes). Ce socle est constitué par une série gréso-pélitique à tendance grauwackeuse très proche de celle du Grand-Saint-Bernard, de Vanoise méridionale et d' Ambin. Dans ces métasédiments, sont tnterstratifiés ou injectés suivant les cas un complexe de roches vertes rubanées de nature tholéitique, une population d'orthogneiss oeillés d'origine anatectique et de rares niveaux kératophyriques. L'ensemble de ces roches a subi avant le carbonifère supérieur (« Houil[er ») une déformatlon et un métamorphisme de faciès amphibolitique puis schiste vert HT ou amphibolite BT bien que la paragenèse des roches acides, stable dans ces faciès, puisse être magmatique. Au Carbonifère supérieur, le Ruitor était sans doute très proche de la bordure orientale du bassin Houiller et soumis à une tectonique distensive qui a permis l'intrusion de filons ovarditiques stéphano-permiens. Pendant l'orogenèse alpine, outre le charriage des Sçhistes lustrés directement sur le socle, la tectonique se décompose en 5 phases majeures qui sont: D1, le pincement des Schistes lustrés, D2,D3 et D4. - D1 s'est déroulée sous des conditions de hautes pressions et a développé une forte structure linéo-planaire F1/L1 à glaucophane-clinozoïte jusqu'ici, uniquement repérable dans le socle. F1 est postérieur à une première génération de glaucophane. L1 est orienté NW-SE. L'âge de D1 par rapport au charriage et au pincement des Schistes lustrés demeure inconnu. Il pourrait être Crétacé sup. ou Eocène. - Le pincement des Schistes lustrés (synclinal d'Avise) entre deux blocs de socle résulte d'un rêtrochevauchement précoce (anté-mésoalpin) montrant un rejet minimum de 8 km. La pincée de Schistes lustrés a une forme en biseau ouvert vers l'Est dont l'axe de fermeture était initialement orienté N-S. Les pincées de Schistes lustrés du Val de Rhèmes et du Valsavaranche pourraient bien avoir une origine analogue. - La déformatlon plicative et cisalliante D2 a affecté l'ensemble des unités du Ruitor (y compris la pincée de Schistes lustrés) et a transposé tous les contacts et foliations antérieures. Le plissement P2, d'échelle plurihectométrique d'axe NNE-SSW et de vergence WNW a développé une structure linéo-planaire très pénétrative F2/L2 (L2 = WNW) qui constitue le débit principal de la roche. D2 s'est déroulée dans un faciès schiste vert, probablement mésoalpin (Eocène-Oligocène). Il est possible que D1 et D2 ne forment qu'une seule et même phase progressive sous des pressions sans cesse décroissantes. - Le plissement P3 ayant pour plan axial une crénulatlon S3, s'inscrit dans la structure d'un grand pli régional. Le Ruitor en forme le flanc supérieur et l'amorce de la charnière. L'axe général de P3 est NE-SW et la vergençe NW, mais certains plis mineurs P3 montrent dans l'Est du massif une orientation WNW. P3 est antérieur aux dernières cristallisations d'albite et serait par conséquent tardi-mésoalpin (Oilgocène inf.), Des structures d'extension (ECC) tardi-D3 indiquent un déplacement de matière vers le WNW et pourrait être associé à un dernier chevauchement majeur repéré dans le Houiller du col du Petit Saint Bernard. Le plissement P4, très tardif, ne forme qu'une vaste ondulation d'axe ESE-WNW à plan axial subvertical. Dans un dernier chapitre, on considère l'hypothèse ou, malgré les apparences, P3 constituerait le flanc Inverse d'un vaste pli de rétrocharriage. L'orientation initiale des structures antérieures serait alors : P2: ENE-WSW et vergence NNW et l'axe de fermeture des Schistes lustrés E-W ; la pincée serait ouverte vers le Nord, ce qui éliminerait l'hypothèse développée dans ce travail, du rétrochevauchement précoce (anté-D2).
1:  Institut de géologie Dolomieu
Alpes occidentales – Massif du Ruitor – zone pennique – socle briançonnais – Schistes lustrés – Evolution structurale alpine – phase mésoalpine – rétrocharriage

This structural study is based on a mapping of the Ruitor Massif which constitutes the basement of the "zone houillère briançonnaise" (Savoie Alps). Petrographic study shows that this basernent is cornposed of pelitie rocks tending towards graywacke in composition, intruded by tholeitie and silicic (anatectic) magmas. This basernent underwent a Hercynian or even earlier amphibolite-facies metarnorphism (with an associated foliation), then a greenschist to amphibolite-facies metamorphism (with an associated crenulation c1eavage). Il is similar to the Gd-St-Bernard, South Vanoise and Ambin basement massifs. However the Alpine retrograde metamorphism was less pervasive in the Ruitor. During the Late Carboniferous this basement limited the eastern border of the Houiller basin. Four Alpine deformation phases have been observed. 1) A first foliation FI, linked to a glaucophanitic greenschist facies (1ineation FI : NW), occurred after the HP peak. 2) Isoclinal folds P2 have NNE axes and WNW f (lineation L2 = WNW). P2 is synchronous with the greenschist facies of the Mesoalpine metamorphism. 3) A recumbent regional fold P3, with a crenulation c1eavage S3, post-dates the last phase of albite cristallization. Therefore P3 would be late-mesoalpine. Extensional structures late-P3 indicate a movement towards the WNW and could be linked to a final overthrusting of the Houiller-basement (Ruitor) on to the outer Houiller. 4) Minor folds P4, have ESE-WNW axes and vertical axial planes. In unfolding P3 and then P2, we discover that the "Schistes lustrés d'Avise" wedge was pre-mesoalpine (pre-D2). It formed wedge opening towards the East, with an N-S axis. The Schistes lustrés wedge resulted therefore from an early backthrust which probably happened under HP ; its relation with Dl remains unknown. The other "Schistes lustrés" wedges of the Alpes Graies probably have the same origin. Note that in tbis evolutional hypothesis, no late backthrusting occurred. If in spite of the appearances P3 constituted the inverted limb of a late backfold, the "Schistes lustrés" wedge in the basement would only mean an early overthrusting. The structural evolution happened under decreasing pressure and could reflect the history (Eocene) of the Penninic unit uplift in the alpine accretionar prism, as defined by Platt (1986).

all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...