login
english version rss feed
Detailed view PhD thesis
Université Paris-Est (03/12/2009), André Encrevé (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
2009PEST0011_0_0.pdf(11.7 MB)
Les représentations de la France dans l'Irlande nationaliste, de l'avènement de Parnell à la création de l'Etat Libre
Pierre Ranger1

Ma thèse de doctorat s'intéresse aux représentations de la France dans l'Irlande nationaliste de 1879 à 1921. Mon analyse évolue autour du concept d'un « mythe français » construit en grande part dans les années 1840. Ce mythe imposa l'image d'une France ennemie de l'Angleterre et conséquemment alliée de l'Irlande et des nations opprimées. Cette approche introduit une nouvelle compréhension des relations du nationalisme irlandais avec la France et son mythe ; une relation qui influença la définition d'une idéologie nationaliste et la formation d'un ensemble de représentations où la France et ses images, utilisées au sein de la rhétorique nationaliste irlandaise au cours du 19e siècle, devint un modèle ainsi qu'une source d'inspiration et de fierté. Ceci permit aux nationalistes irlandais, en particulier séparatistes, de construire une version positive de leurs revendications qui ne serait plus seulement basée sur une lutte ancestrale contre l'Angleterre. C'est ce que cette thèse expose dans le cas d'Arthur Griffith, fondateur du Sinn Féin et inspiré par l'expérience franco-irlandaise de Maud Gonne, une virulente nationaliste irlandaise. Ce travail démontre également que le « mythe français » a eut une grande influence sur les politiques du nationalisme irlandais. Il se concentre tout particulièrement sur la « politique française » de Charles Stewart Parnell durant la « Land War » puis sur celle de John Redmond dans les années 1890, sur l'intense bataille rhétorique menée après la mort de Parnell entre parnelliens et anti-parnelliens, et sur les tensions entre pro et anti-alliés au cours de la Première Guerre mondiale
1:  CRHEC - Centre de recherche en histoire européenne comparée
Nationalisme – Nationalisme irlandais – Mythe français – Séparatisme – Républicanisme – Constitutionalisme – Parnelliens – Anti-parnelliens – Sinn Féin – Maud Gonne – Irlandais Unis – 1798

My doctoral thesis looked at the representations of France in nationalist Ireland from 1879 until 1921. My argument is centred on the concept of a “mythe français” developed in most part in the 1840s. This myth imposed the image of France as an enemy of England, and thus an ally of Ireland and of oppressed nationalities. This approach introduces a new understanding of Irish nationalist relations with France and her myth; a relationship that influenced the definition of a nationalist ideology and the set of representations that looked at France and her images, used in nationalist rhetoric through the nineteenth century, as a model as well as a source of inspiration and pride. This allowed Irish nationalists, in particular separatists, to build a positive image for their demands, one that would not solely rely on an ancestral struggle against England. I have shown that such was the case with Arthur Griffith, founder of the Sinn Féin movement and inspired by the Franco-Irish experience of Maud Gonne, a virulent Irish activist. I have also argued that the “mythe français” had a strong impact on Irish nationalist politics. I focused on Charles Stewart Parnell's and John Redmond's “French” policy during the Land War and the 1890s, on the intense rhetorical battle between parnellites and anti-parnellites after the death of Parnell, and on pro- and anti-ally debates during the First World War

all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...