login
english version rss feed
Detailed view PhD thesis
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) (03/04/1998), HOURCADE Jean-Charles (Dir.)
Attached file list to this document: 
HTML
index.html(4.3 KB)
PDF
tel-00003505.pdf(2.3 MB)
Comment tenir compte de l'irréversibilité dans l'évaluation intégrée du changement climatique ?
Minh Ha-Duong1

Les politiques énergétiques ne peuvent plus ignorer leurs conséquences sur le climat. Mais il s'agit d'un problème à long terme et encore mal connu scientifiquement. Plusieurs raisons justifient qu'il serait plus économique de reporter de quelques décennies le contrôle des émissions de gaz à effet de serre : l'actualisation, le progrès technique, l'inertie du stock de capital en place et l'irréversibilité des investissements nécessaires à ce contrôle. Mais d'autres arguments, aussi examinés dans cette thèse, incitent à la prudence : l'inertie des systèmes socio-économiques futurs, le progrès technique induit, et l'irréversibilité possible des évolutions climatiques.
Après une présentation des conditions générales du problème du changement climatique au chapitre 2, puis une exposition plus historique des débats au chapitre 3, le chapitre 4 passe en revue un nombre substantiel de modèles intégrés ayant contribué à l'analyse de la question. Le chapitre 5 expose un modèle intégré sur la réduction optimale des émissions de CO2, DIAM, pour montrer dans quelle mesure les travaux précédents surestimaient les coûts de réduction à long terme et sous estimaient les coûts d'ajustement. Il apparaît qu'étant donné une date de stabilisation de la concentration atmosphérique de CO2, une inertie plus élevée implique une trajectoire optimale de concentration plus basse.
Formulant ensuite au chapitre 6 le problème en termes de décision séquentielle, on trouve que l'incertitude actuelle sur le plafond de concentration « sans danger pour le système climatique » justifie une action notable à court terme. Enfin, le chapitre 7 se replace dans le cadre de la théorie de l'effet d'irréversibilité, pour comparer empiriquement l'irréversibilité environnementale avec l'irréversibilité des investissements en calculant une valeur d'option associée un contrôle précoce des émissions de gaz à effet de serre.
1:  CIRED - Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement
Changement climatique – Irréversibilité – Coûts dajustement – Incertitude – Modèle.

How to account for irreversibility in integrated assessment of climate change? This Ph. D. thesis in Economics balances discounting, technical progress and the inertia of existing capital stock against uncertainty and the inertia of socio-economic systems to examine the issue of near term limitations of greenhouse gases emissions. After a general overview in chapter 2, and a more historical presentation of the debates in chapter 3, chapter 4 proceeds to review a large number of integrated assessment models.
Chapter 5 introduces a Model on the Dynamics of Inertia and Adaptability of energy systems : DIAM, used to discuss how much previous studies might have overestimated the long term costs of CO2 limitations and underestimated adjustment costs. It shows that, given a target date for atmospheric CO2 concentration stabilisation, a higher inertia implies a lower optimal concentration trajectory. In a sequential decision framework, chapter 6 shows that current uncertainties about which CO2 concentration ceiling would not present dangerous interference with the climate system justifies precautionary action.
Finally, chapter 7 uses the irreversibility effect theory to define formally situations of decision under controversy and compare the irreversibility of CO2 accumulation with the irreversibility of investments needed to moderate it. An option value for greenhouse gases emissions limitations is computed.

all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...